2/3

THE USE OF LANGUAGES IN BRUSSELS BEFORE 1794

 

BRUSSELS A PLURINATIONAL CAPITAL OF A PLURINATIONAL STATE

 

 

Capital of Belgium since its creation in 1830, Brussels is progressively becoming the capital of Europe and for that reason it is sometimes more familiar to the world at large than is Belgium itself. Indeed, very many foreigners frequently encounter great difficulty in understanding the organisation and functioning of Belgium, a state bisected by the German/Romance language frontier which has existed more or less unchanged since the sixth century. North of this frontier lies the Dutch-speaking region and south of it is the French-speaking area.

 

The Belgian state contains, in fact, no less than four language zones.

 

1.       56,1%  (5.630.129 inhabitants)of the Belgian population lives in the Dutch-speaking  part of the country, which has generally been known as "Flanders" only since the latter years of the 19th century. The only official language of "Flanders" is Dutch, the same language as is spoken in Holland.

 

2.       The French-speaking part (3.221.225 inhabitants) of the country is home to 33,1% of the Belgian population. It is only in the last few decades that this area has been known as "Wallonia". Its sole official language is French, the same language as is spoken in France.

 

3.       In the east of the country lies a small German-speaking area (65.000 inhabitants). This territory was ceded to Belgium by Germany at the end of the First World War (1914 - 1918) and its population speaks the same language as is spoken in Germany.

 

4.       Within the Dutch-speaking zone lies an enclave, the "Brussels Capital Region". The population of the nineteen districts comprising the "Brussels Capital Region" is 997.293 inhabitants (10,1 %)

 

As the Belgian capital Brussels is a region apart with a special, bilingual status, the only such region in all Belgium. Both Dutch and French are official languages in Brussels whereas Flanders and Wallonia are monolingual, respectively Dutch- and French-speaking.

 

 

 

Despite its official bilingual status Brussels appears, at first sight, to be predominantly French-speaking. The reality, however, is somewhat more complex. The fact is that over the last few decades Brussels has grown into a hub of international intercourse where people from all parts of the world are present. Citizens of over 120 different countries currently live and work there,  effectively making it a multicultural city. This international character, together with the presence of such important organisations as the European Commission, NATO etc, has led to the increasing use of the English language.

 

It requires only a glance at the map of Belgium to see that Brussels lies in the monolingual Dutch-speaking zone and all its historical place names, without exception, are Dutch - Coudenberg (cold mountain), Nieuwland (new land), Orsendael(valley of horses), Ruysbroeck, Warmoesbroeck and Borgendael. Indeed, Brussels was originally solely Dutch-speaking. Since that is no longer the case today it is obvious that over the course of time a process of language-change must have been at work in this city. That directly gives rise to two questions: when did this process occur and what were the factors that determined it? The explanation of the phenomenon lies in the history of the town of Brussels, of the duchy of Brabant and of the Netherlands.

 

 

BRUSSELS, BRABANT AND THE NETHERLANDS

 

The present day capital of Europe was originally an unassuming village in the marshy valley of the River Zenne. The name  "Brussels" derives from the old Dutch words  "broec" and "saal", broadly signifying "settlement in the marsh". From around 1000 AD the hamlet began steadily to blossom into a town. Brussels was situated at the crossroads of two major trade routes; the one linking England to Germany and the other joining Northern Europe to the South. Around 1200 a first defensive wall was built  around the town. In 1229 Duke Henry I of Brabant (1190-1235) granted the inhabitants of Brussels a charter guaranteeing them a number of rights. Brussels developed into an important centre of the textile industry in the duchy of Brabant.

 

Brabant was a principality under the suzerainty of the German Empire. It embraced, apart from the present-day "Brussels Capital Region" (established in 1989), not only what is now "Flemish Brabant" and "Walloon Brabant" but also "Antwerp" and even the Dutch province of "North Brabant". The greater part of the duchy was situated within the Dutch-speaking region, in which the four principal towns of Brussels, Leuven (Louvain), 's Hertogenbosch and Antwerp lay. Only the agricultural "Roman Pays de Brabant", containing the abbey town of Nivelles, lay in the French-speaking region.

 

At first Latin was the language of government in Brabant, as it was throughout Europe, but from about 1290 it was gradually replaced by the vernacular in official documents. In the Dutch-speaking part of the duchy (and thus also Brussels) this was Dutch, of course - or, as it was then called, "Diets", Duutsch" or "Duytsch". In the French-speaking area French was used.

 

From the 13th century the development of Brussels began to accelerate and the town steadily expanded. The protection provided by the first fortifications became insufficient and between 1357 and 1379 a second city wall was built. During the 14th century the textile industry enjoyed its greatest period of prosperity. Culturally, too, Brussels occupied an increasingly important position. The town on the Zenne played a pioneering role in the development of the Brabantine gothic style of architecture, while one of its citizens, Jan van Ruusbroec enjoyed great respect throughout Europe for his mystical writings in medieval Dutch. At the same time Brabant was forging its own political culture, too. The powers of the prince were circumscribed  by several important concessions, embodied in charters.

 

In Brabant, just as in England, a constitutional system was being constructed. By 1422 Brabant had acquired a form of government that was beginning closely to resemble a parliamentary regime, in which the dukes were to some extent answerable to a kind of people's representation. Furthermore, long before the French Revolution of 1789, the citizens of Brabant had secured the right to depose their prince should he fail to honour his engagements. This "Privilegium Brabantinum" was to become a beacon for future liberation movements (and also for the drafters of the American constitution).

 

Brussels, together with the rest of the duchy of Brabant, came under the rule of the house of Burgundy in 1430. These French dukes of the House of Valois had made themselves masters of a number of principalities in the Low Countries, such as Flanders, the province of Holland, Zeeland, Friesland, Namur and Hainault. The ducal household and the central institutions of the Burgundian state were French-speaking and Duke Philip the Good (1430-1467) stayed in the "Coudenberch" Palace in Brussels from time to time. The rich tide of artistic achievement continued to rise in the 15th century: Roger vander Weyden (d.1464) was appointed official painter for the town of Brussels, while Jan van Ruysbroeck, "meester vanden steenwerke van den torre van der stad raithuse op de merct" (master mason for the spire of the Brussels Town Hall in the Market square) completed the building of the spire between 1449 and 1454. It was in Brussels, too, that during this Burgundian era the most important 15th century works of Dutch-language literature were written.

 

With the extinction of the Burgundian dynasty in 1482 the Low Countries (broadly coterminous with the present-day states of Belgium, Holland and Luxembourg) came under the rule of the Habsburgs. During the reign of Emperor Charles V (1515-1555) Brussels became the capital of the wide-reaching Habsburg empire. This embraced, apart from the Low Countries, all of Spain, parts of Germany, Austria and Italy and even a number of overseas territories. From 1531 onwards the ducal household and central administration remained in Brussels.

 

The arts flourished as never before during this period. Woodcarving and tapestry weaving, in particular, reached new artistic heights. To this day, wall tapestries and carved wooden altar-pieces produced in Brussels at that time still grace countless museums, churches and palaces at home and abroad. Significant advances in science were also seen: Andreas Vesalius (d. 1564), founder of modern anatomy, was a citizen of Brussels. The city also maintained its important role in the literary arts.

 

16th century Brussels, "Princelijk Hoofdstadt van't Nederland" (Princely Capital of the Low Countries), was the home of many adherents of the Reformation. They were enraged at the religious fanaticism of the Spanish king, Philip II, who wanted to keep the Low Countries Roman Catholic and brought many Calvinists and Lutherans to trial. This aroused deep resentment throughout the territory and Brussels joined the general rebellion against the Spanish domination.  The Spaniards were driven out and the Low Countries obtained their independence. Prince William of Orange celebrated his "Blijde Inkomst" (Joyous Entry) in Brussels.

 

Philip II, however, could not reconcile himself to the loss of the Low Countries and set about winning these "rebellious provinces" back. He succeeded only partially, his field-marshal, Alexander Farnese, reconquering the southern Low Countries  for the Spanish crown. The northern Low Countries, however, went their own way from 1585. Protected by their great rivers, they were able to preserve their independence. The "United Provinces" (more or less present-day Holland and officially acknowledged in the Treaty of Westphalia in 1648), developed into a protestant, trade-oriented republic. Calvinist refugees from the South made a significant contribution  to the prosperity of this state.

 

However, the southern Low Countries - broadly coterminous with present-day Belgium - continued under Spanish Habsburg domination until 1713, when they passed into the inheritance of the Austrian branch of that dynasty.

 

Brussels remained throughout the capital of the Low Countries and was closely involved in all the important events of the province's restless history. The land was frequently ravaged by war - ever since the Middle Ages the French kings had nursed the ambition to annex the Low Countries. Brussels was the foremost victim of the ensuing devastation and it suffered its harshest ordeal in August 1695, when Louis XIV ordered Marshal de Villeroy to bombard the city. In the course of this onslaught, which Napoleon was later to qualify as "as barbaric as it was pointless", countless buildings and works of art were destroyed and many documents were lost from the archives. Despite all the violence and disruption of the wars the artisans of Brussels continued to produce an abundance of work of great quality: tapestries, lace and porcelain in particular. The coach makers of Brussels also established an excellent reputation throughout Europe.

 

In 1793/94 Brussels and the rest of the southern Low Countries were invaded by the French and in 1795 the whole territory was simply incorporated into the French Republic. From 1793 until 1815 a policy of systematic "gallicisation" was enforced in the southern Low Countries. After Napoleon's defeat at Waterloo in 1815 the Allies, particularly England, resolved to establish a buffer against France.

 

Consequently, the southern and northern Low Countries, which had gone their separate ways since 1585, were united once again under King William I of the Netherlands. The prince threw himself energetically into the task of bringing the South up to the level of prosperity already enjoyed by the North. His approach was not always the most adroit, however, and he met resistance from the catholic bishops, always suspicious of the protestant king. The autochthonous administrators, who had been subjected to gallic influence under the French occupation, also tended to regard William with hostility. Above all, the newly emerged middle class demanded the right of participation in government, hitherto dominated by the aristocracy and wealthy merchant classes.

 

In 1830 a revolt broke out against the king "of Holland", reviving French hopes of annexing the southern Low Countries. The English (in particular) were firmly opposed to this, however, and in consequence an independent state, which nobody really wanted, was brought into existence - Belgium. Brussels was the capital of the new country.

 

 

 

 

Belgium was completely dominated by the French-speaking  bourgeoisie. Although the majority (about 60%) of the Belgian population spoke Dutch it was French that became the official language. Civil administration, justice, education and even socio-economic business were for a long time conducted in French, even in the Dutch-speaking areas of the country. "Flemish", as the French-speakers invariably called the Dutch language, was treated with racist arrogance. Officials from Wallonia, or even France, were appointed as civil servants, tax collectors, stationmasters and judges even in the furthest reaches of Dutch-speaking Belgium.

 

Brussels, naturally, attracted far more French-speaking immigrants than any other part of the country since it was there that the apparatus of the central government of the French-only speaking state was installed. Brussels was therefore exposed more harshly than other Belgian towns to process of "gallicisation".

 

A movement, the "Vlaamse Beweging" (Flemish Movement) engaged in a long, stubborn struggle for the elementary right of a people to be governed in its own language in its own land by its own democratically elected representatives. They forced a number of changes to the language laws at the end of the 19th century and during the 20th century. From 1930 Dutch gradually gained ground as the official language for the Dutch-speaking part of the country (which, from the end of the 19th century, had begun to be known as "Flanders").

 

For Brussels (the capital), however, exceptional dispositions were repeatedly introduced. It was, in effect, surrendered by the Dutch-speaking community (usually called "Flemish"). The capital - and this is a common phenomenon - was branded with a negative image: this, after all, was where the seat of the French-speaking governing authority was established, the place from which countless irksome directives that so afflicted the lives of ordinary citizens (taxes, military service etc) were handed down. In short, a great many Dutch-speakers identified (and still identify) "Brussels" with the Belgian regime.

 

Around 1900 it became apparent that Belgium's besetting problem amounted to far more than a linguistic "war". "Flemings" and "Walloons" do, indeed, speak totally different languages - in fact, the difference between Dutch and French is greater than that between English and French. Far more important, however, is that "Flemings" and "Walloons" hold wholly divergent views on a host of social questions (such as the government's role in economic affairs, sickness and invalidity insurance, ethical matters, the functioning of the judicial system, the organisation of the police services, punishments for traffic offences, the role of the monarchy, the arms trade, tobacco advertising and so on). 

 

What Belgium faces, in other words, is not so much a "language" problem as a full-blown "nationality" problem.

 

In the face of these not infrequently diametrically opposed outlooks it was necessary (generally with great difficulty) to seek some sort of weak compromise. This, of course, satisfied neither side. More often, though, no solution could be found, in which event the civil servants usually pushed the problem to one side in the hope that it would eventually resolve itself - with the inevitable results. In the last few years in particular, the consequences of the "Belgian sickness" have become steadily more manifest.

 

As early as 1900 it was obvious to a great many observers that Belgium could survive only if the two peoples who lived in that state were each granted the widest possible degree of autonomy. Only so could potential areas of friction be kept to a minimum. These voices were ignored: the Belgian rulers, anxious to protect their privileges, obstinately opposed any reform. Nevertheless, democratisation of society continued to gather pace. Under the momentum of a growing political awareness, the old Belgian unitary state was forced to concede more and more autonomy to the two peoples living within its confines. This "peaceful revolution" was accomplished through a series of reforms, one following the other at an ever accelerating tempo. In four constitutional amendments (in 1970-71, 1980, 1988-89 and 1993) a great many of the responsibilities of the Belgian (federal) government were devolved to the member states - Flanders, Wallonia and Brussels. In many respects Belgium has become a confederation.

 

THE USE OF LANGUAGES IN BRUSSELS BEFORE 1794

 

 

The Brussels municipal archives are particularly well endowed with records from the period after the bombardment (1695-1794). A wealth of documents from the last century of the "Ancien Régime" has been preserved, material in abundance for the study of the linguistic usages of Brussels. Indeed, such was the sheer quantity of this material that it was impossible to deal with it all in a single study and consequently the research was broken down into two phases. During the first phase (1977-1981) all (!) the documents originating in Brussels before 1500 were examined. Those from 1500-1794 are being dealt with in the second phase, which began in 1984. Archives are being sifted through, collection after collection, and it has even proved necessary, at times, to restrict the research to particular types of documents.

 

 

RESULTS OF THE RESEARCH OF THE ARCHIVES

 

LINGUISTIC USAGES BEFORE 1500

 

All documents from Brussels from the period before 1500 were systematically examined with respect to the language used. These were:

 

a)       Twenty cartularies from 14th and 15th century Brussels,

 

b)       Nine city accounts registers

 

c)       Over 1,600 files containing documents from the aldermanic registries, trades guilds, cloth guilds, churches, abbeys and convents, almshouses and hospitals.

 

Practically all these 1,600 files concern either a register with several dozen folios or else a box containing dozens of original charters or packets of several loose documents. Thus, the archives of the collegiate church of Saint Michael and Saint Gudula alone harbour more than 5,000 original charters dating from before 1500 - more than enough material from which to form a well-founded judgment of the linguistic customs of Brussels before 1500.

 

All this systematic research led to the following conclusions. In Brussels, just as everywhere else in western Europe, early official documents were drawn up in Latin. From the late 13th century a gradual switch to the use of the vernacular began. This, in the case of Brussels, was Dutch or, as it then was called, "Dietsch", "Duutsch" or "Duytsch". It was used at first in connection with matters affecting the population at large (regulations, by-laws, statutes etc.) and also for the public accounts. For more "private" business, such as property transactions (e.g. sale of land, rents and tithes) the authorities continued, for the time being, to use Latin. In fact, this practice continued until the start of the 16th century, when Dutch finally replaced Latin.

 

The archives of Brussels contain virtually no record, earlier than 1500, written in French; virtually everything was drawn up in Latin or medieval Dutch. Close examination of the few deeds that were drafted in French leads to a surprising discovery: they arise, almost without exception, from proceedings heard, not in Brussels, but outside the city. They concern, for example, French-speaking princes such as the Count of Hainault, the Prince-Bishop of Liège and the Duke of Burgundy or else civic dignitaries or religious establishments in the French-speaking region. It is not surprising, then, that such proceedings should have been conducted in French. It might also be mentioned that lying in the archives of Brabant are a number of documents drawn up in German (concerning relations with the archbishops of Cologne).

 

Whenever a plot of land in Walloon Brabant or in Hainault was purchased by an abbey situated in Brussels or Brabant the deed of sale would, quite naturally, be drawn up in French by the local (French-speaking) authorities. The same is just as true for purchases by abbeys not situated in Brussels. Thus, in the archives of certain abbeys in Dutch-speaking areas, such as Affligem or 't Park (Louvain), whole sections of Walloon deeds, relating to property situated in the French-speaking region but owned by these establishments, may be found. On the other hand, the archives of the abbeys of Nivelles, Villers-la-Ville and La Ramée (Jauchelette), in Walloon Brabant, contain various deeds in Diets (medieval Dutch) relating to property situated in the Dutch-speaking region but belonging to these abbeys.

 

There is not the slightest doubt that Dutch was the official language in Brussels - and elsewhere in Brabant. Only in Walloon Brabant was French used, quite naturally. Conditions in the medieval duchy of Brabant were fundamentally different from those in the county of Flanders (which was only a fragment of the present-day "Flanders"). Flanders was largely dependent on the French crown and its civil administration had used the French language since time immemorial. Indeed, study of the archives of  Bruges, Ghent and Ypres reveals that the proportion of French-language documents before 1500 varied between 30% and 60%.

 

Such French influences were quite unknown in Brabant, whose medieval dukes paid allegiance to the German Emperor. In the towns of Brabant such as Brussels, Antwerp, Louvain, Lier, Tienen, Zoutleeuw, 's Hertogenbosch and Breda the only official language was Dutch. Among the thousands of pre-1500 documents in the various archives of Brussels, just three were drafted in French by the municipal authorities: one respecting the county of Hainault, one concerning the chancellor of Burgundy and one relating to the duke of Burgundy.

 

The archive of the collegiate church of Saint Michael and Saint Gudula (29) contains 5,027 original pre-1500 manuscripts. A mere 49 of these are in French. Furthermore, these 49 documents arise from proceedings as follows:

 

          41      involving authorities or institutions in Walloon Brabant or Hainault,

 

           7       involving the dukes of Burgundy,

 

           1       involving the collegiate church of Saint Michael and Saint Gudula (1455). Even this document relates to the French count of Etampes.

 

The conclusion is inescapable: despite the fact that from 1430 onwards Brussels (and, indeed, the entire duchy of Brabant, as well as the counties of Holland and Flanders, inter alia) were under the rule of the dukes of Burgundy, and notwithstanding the establishment of numerous Burgundian institutions in Brussels, Dutch continued throughout the 15th century as the official language of Brussels. In fact, traces may be found of a certain linguistic chauvinism: in 1488 the Burgundian chronicler Jean Molinet wrote that, during the wars of the Austrian emperor Maximilian, the people of Brussels had unceasingly hated the Walloons and the French - because of their language!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LINGUISTIC USAGES BETWEEN 1500 AND 1794

 

Naturally, vastly more documents have been preserved from the period from 1500 to 1794 than from the previous period and that has necessitated a step by step approach to the research. Complete collections of documents are examined for the language in which they were written. Sometimes this involves whole archives; sometimes specific sequences of documents are studied. This project, therefore, will stretch over several years.

 

The following archives, collections and sequences have already been examined. In some cases the number of documents contained in the archive is given:

 

1.       the archive of the collegiate  church of Saint Michael and Saint Gudula (12,052 documents),

 

2.       archives of the trades guilds of Brussels (1,100 documents),

 

3.       archives of the almshouses and hospitals of Brussels  (4,377 files)

 

4.  city catularies containing 16th, 17th and 18th century documents (23 documents),

 

5.       "publicatieboecken" - records of ordinances proclaimed from the steps of the Town Hall between 1635 and the end of 1793 (26 documents),

 

6.       "correctieboeken", containing similar ordinances (13 documents)

 

7.       various sorts of municipal accounts and other accountancy documents (1,112 documents),

 

8.       registers and "resolutieboeken" (minutes books) of the city           council (38 documents),

 

9.       registers and "resolutieboeken" of the treasury (56 documents),

 

10.     "wijckboeken" (district books), in which were recorded, by district and by street, all transactions relating to land, houses etc.

 

The proportion of French-language documents in the various archives of Brussels fluctuates around 5%. In other words, until the end of the "Ancien Régime" in 1794 some 90% to 95% of the official documents relating to Brussels were in Dutch.

 

 

That is not all: closer examination of the few documents that were written in French reveals that they practically never concerned the local population of Brussels. Time after time, they were initiated by, or related to, particular milieus, such as :

 

a)       the Habsburg royal household or the government institutions of the southern Low Countries,

 

b)       a few noble families,

 

c)       a number of Walloons (craftsmen, clerics, officials etc) who had immigrated to Brussels,

 

d)       institutions or people from the French-speaking region.

 

What is clear is that Dutch remained the normal language of the overwhelming majority of the inhabitants of Brussels until 1794. Even the civic administration seems to have been sympathetic to the use of "Neder-Duytsch". Whenever French-speakers, from not only within Brussels but also outside, addressed written requests to the councillors the latter would invariably send their reply in Dutch. It was only in dealings with the court, the aristocracy and central government institutions that this (unwritten) rule was sometimes relaxed.

 

It has already been observed that certain types of document lend themselves to a quantitative approach. The "publicatieboecken" of Brussels are merely one example. These files contain the texts of 4,036 ordinances which were proclaimed from the steps of the Town Hall between 1635 and the December 1793. If any documents may be deemed to be of a "public" nature, it is these. They were intended for the whole population of Brussels, the general public. 95% of these publications are in Dutch and just 4.7% in French. Moreover, of the 4.7%, not one order referred specifically and solely to Brussels. Their scope was far wider: indeed, they were sent to the administrators of other towns in the Low Countries, inter alia Antwerp, Louvain, Ghent and Courtrai, since they concerned the whole of the southern Low Countries. Some even applied to the entire Habsburg empire. Fairly typical of these orders are that over the riots in Hungary or that concerning the free ports of Trieste and Fiume (Rijeka).

 

 

 

CONCLUSION

 

There is not the slightest doubt that from 1531 Brussels was the home of the French-speaking court and the predominantly French-speaking central administration of the Habsburgs. It is also well established that the city took in a number of poor folk, economic refugees, from the Walloon region.

 

Although the systematic study of the archives of Brussels relating to the period from 1500 to 1794 is still not complete, broad conclusions are already emerging. What is quite clear is that there is nothing to show that the presence of a privileged gentry had any profound "gallicising" influence on the ordinary people of Brussels. Had any such evidence existed, countless traces of it would have been discovered in the archives - but none have been found. Until the French occupation of 1794 Dutch remained the official language of the city's institutions. It was the only language with which the typical inhabitant ever came into contact.

 

But that was not all. Even those central administration officials who had to deal with files concerning Brussels needed to have at least a passive knowledge of Dutch. No less a personality than the plenipotentiary envoy Cobenzl regarded ignorance of Dutch as  "une espèce de défaut" (a sort of shortcoming) - and French-speaking officials were consequently obliged to learn Dutch. In 1752 Charles Alexander of Lorraine, governor-general of the Austrian Netherlands, mentioned in a letter to his sister-in-law, the Empress Maria-Theresa, that a certain Cazier, a French-speaking official and member of the Finance Council (one of the central institutions of the Habsburgs), knew no Dutch at all originally. However, he studied the language so assiduously that within a short while he was even able to audit the accounts of the city of Brussels: "cependant, il s'est tellement appliqué à la langue flamande qu'il a été en état d'entendre les derniers comptes de la ville de Bruxelles qui sont couchés dans cette langue" (but he applied himself so well to learning Flemish that he was able to audit the most minute accounts of Brussels drawn up in that language). Nowhere is the huge difference in attitude between the Brussels officialdom on the one hand and the Habsburgs on the other hand more clearly illustrated than in that letter.

 

Thus, in Brussels, as in numerous other European cities, there resided a predominantly French-speaking court and corresponding central administration. The direct "gallicising" influence exercised by the nobility, the courtiers and the high officials was, however, a great deal less than has been imagined until now. The French-speaking upper class represented only a tiny portion of the population of Brussels. They lived withdrawn, for the main part, in the upper town, the Coudenberg and Zavel (Sablons) districts and had little contact with the average (or even wealthy) local inhabitants. In any case, they had no interest in integration with the host population, particularly since French language and culture were greatly in vogue throughout Europe.

 

Although contact between the host population and the non Dutch-speaking newcomers undoubtedly did exist this certainly did not lead to a generalised bilingualism. Quite the contrary! Requests in French sent to the civic authorities were almost invariably replied to in Dutch. Some tradesmen did, of course, make the effort to learn a few words of French to increase their chances of doing business with the foreign élite, but they certainly did not strive for thorough mastery of the language.

 

But the influx of French-speakers to Brussels was not limited to courtiers, aristocrats and high officials; large numbers of ordinary folk from the Walloon region were also tempted to seek their fortune in the capital. Not only did the latter enjoy little social prestige, but they also found themselves in an overwhelmingly Dutch-speaking environment. Consequently, they had to adapt to the local ways and language - Dutch. Examples abound in the city archives of people with typically Walloon names who yet used Dutch in all their contracts, agreements, correspondence and accounts. The language-changing process, therefore, did not always operate only to the advantage of French. The arrival of Walloons of modest background did, however, lead to the assimilation of numerous Walloon words into the Brussels dialect, though even words of Spanish and Italian origin also found their way into the vernacular.

 

From about 1780 a very small number of isolated cases began to appear in Brussels (and in other Netherlands cities, for that matter) of extremely wealthy, locally born and bred members of the monied class switching over to the French language. It is certainly no coincidence, then, that Jan Baptist Verlooy chose this precise time (1788) to write his "Verhandeling op d'onacht van de moederlyke tael in de Nederlanden" (Treatise on the neglect of the mother tongue of the Netherlands). During the  revolution of Brabant in 1790 a great many pamphlets appeared in French. This did not escape the notice of the Austrian emperor, Joseph II, who commented " Les habitants de Bruxelles et des Pays Bas sont des imitateurs de leurs voisins. Le fond est hollandais et le vernis français" (The inhabitants of Brussels and the Low Countries merely imitate their neighbours. Their core is "Hollandish", their varnish French).

 

There arose, among many in Flanders, a great aversion for the capital. "Brussels", it was asserted, had forced "gallicisation" on "Flanders". As has already been clearly demonstrated, however, this was not true; control of the capital's municipal institutions continued to be exercised by Dutch-speakers until the French occupation. Indeed, on the eve of the attack by the sansculottes, 90% to 95% of the city's population spoke Dutch.

 

It was not until the modern era that the fundamental "gallicisation" of Brussels was carried out. During the French occupation (1793-1815) a policy of "gallicisation" was put systematically into effect, by force. The reign of King William I of the United Netherlands (1815-1830) was not long enough for him to restore the official language of government and justice to that of the ordinary citizen. After 1830 the Belgian regime introduced the so-called "freedom of language". The result was that large sections of the population of Brussels were made French-speaking, a trend which was reinforced after the First World War, with the introduction of compulsory education. This "gallicisation" under social pressure was carried out not only in Brussels; the whole of Dutch-speaking Belgium - known later as "Flanders" - was affected in the same manner.

 

The conclusion, then, may be clearly and simply stated as:

 

                                Belgium (1830 -  ) made Brussels French-speaking.

 

 

 

 

In :  Secretum Scriptorum. Liber alumnorum Walter Prevenier.

 

        Leuven-Apeldoorn, 1999 (ISBN 90-5350-968-2), p. 145-164.

 

 

C'EST LA BELGIQUE QUI A FRANCISE BRUXELLES

 

Bruxelles n’a jamais été une ville flamande. A l’instar de Louvain, d’Anvers, de Lierre, de Turnhout, de Breda, de Bois-le-Duc, de Tirlemont, de Léau, de Nivelles , Bruxelles était et est en fait une ville brabançonne. C’est précisément pour cela que Bruxelles est restée bien plus néerlandaise que les villes originellement flamandes comme Bruges, Gand et Ypres.

C’est qu’en Flandres, qui dépendait de la France, le français était bien plus présent qu’au Brabant qui appartenait depuis le Moyen Âge à l’empire germanique.

Pendant le gouvernement bourguignon (1406-1482) un nombre restreint de nobles et de courtisans s’établirent à Bruxelles. L’administration des Bourguignons – qui régnaient également sur la Hollande, la Zélande et la Frise – se faisait en français.

Cela donnait lieu à une sorte de « sensibilité linguistique », comme le prouve l’affirmation (en 1488) du chroniqueur français Jean Molinet disant que les Bruxellois haïssaient les Wallons et les Français pour leur langue…

En 1482, les Habsbourg prirent le pouvoir aux Pays-Bas. Tant les Habsbourg espagnols (1482-1713) que les Habsbourg autrichiens(1713-1794) y maintenaient le français comme langue administrative privilégiée dans les institutions centrales.

Celles-ci se trouvaient en bonne partie à Bruxelles depuis 1531. Cependant, très peu de Bruxellois étaient en contact direct avec la cour princière, ou avec le Conseil d’Etat, le Conseil Secret et le conseil des Finances.

Si contact il y avait avec l’administration, il s’agissait  pour ainsi dire toujours du  collège des échevins et des jurés. Or la langue véhiculaire  de l’administration communale comme celle des autres institutions locales (métiers, chambres de rhétorique, églises, couvents, hôpitaux et hôtels-Dieu) est restée le néerlandais jusqu’à l’occupation française (1792-1815).

Vers 1740 le philosophe français Voltaire déclara, indigné, ‘Le diable, qui dispose de ma vie, m’envoie à Bruxelles et songez, s’il vous plaît, qu’à Bruxelles il n’y a que des Flamands’.

 

Evincement social

 

Aux dix-septième et dix-huitième siècles, le prestige du français était considérable dans toute l’Europe. Dans les Pays-Bas méridionaux, nombre de bourgeois cossus essayaient d’imiter le style de vie français

C’est ainsi que l’empereur Joseph II disait que « les habitants de Bruxelles et des Pays-Bas sont des imitateurs de leurs voisins. Le fond est hollandais (sic) et le vernis français. »

 

Dans son célèbre traité « Verhandeling op d’Onacht der moederlijke Tael in de Nederlanden » (1788), l’avocat bruxellois J.B.C. Verlooy nota que 95% de la population bruxelloise parlait le néerlandais.

 

A la veille de l’occupation française (1792), quelque 5 % de francophones habitaient Bruxelles. Il s’agit principalement de nobles et de bourgeois opulents qui ont pris résidence dans le quartier du Coudenberg et du Sablon. C’est précisément dans cette « Hoffwijck » (quartier de la cour) que furent exécutés dès 1775 de grands travaux d’infrastructure. Les Habsbourg autrichiens ont fait démolir les ruines du palais détruit en 1731. Verlooy observait personnellement comment un quartier exclusif se constituait tout près de la Place de Lorraine (l’actuelle Place Royale).

 

L’administration centrale mit en vente toute une série  de terrains. Les prix des parcelles autour du nouveau parc étaient excessivement élevés. Un Bruxellois moyen devait faire son deuil de tout achat de lot à construire. Seuls les nobles et les bourgeois opulents étaient en mesure de le faire.

Ce qui est également remarquable, c’est que la moitié de tous les actes de vente de maisons et de terrains près du parc étaient passés en français. Les transactions de ce genre se passaient en néerlandais partout ailleurs à Bruxelles. Bref, à la fin du 18ième siècle, Verlooy était témoin d’un bel exemple d’évincement social.

Verlooy, intellectuel socialement ému, se révolta. Il refusait d’accepter ce procès « naturel » où le plus puissant supplantait le plus faible.

Cette révolte cadre parfaitement dans la maîtresse idée de sa « Verhandeling » : les gens ne participent pleinement à la gestion de leur pays que s’ils sont à même de le faire sans problèmes dans leur langue maternelle. En d’autres mots : la démocratisation requiert la revalorisation de la langue et de la culture propres, bref de l’identité nationale.

En 1792, quatre ans à peine après la parution de la Verhandeling de Verlooy, les Pays-Bas méridionaux sont envahis par les armées françaises. En 1795, c’est l’annexion pure et simple par la France.  Le gouvernement français aura plus de vingt ans (1794-1815) pour mener une politique systématique de francisation.

Les fonctionnaires francophones formés à cette époque joueront un rôle politique de premier plan dans le Royaume de Pays-Bas (1815-1830). Ce sont eux qui étaient au premier rang dans la lutte contre Guillaume I.

Ce souverain « hollandais » essaya de rendre au néerlandais sa place légitime dans les Pays-Bas Méridionaux pour amener ce territoire au même niveau que les Pays-Bas Septentrionaux, indépendants depuis 1585. Guillaume I n’a pu réaliser son but.

En 1830, l’Etat Belge se réalisa par un mouvement séparatiste.

 

La Belgique indépendante

 

Après 1830, Bruxelles devint la capitale de l’Etat Belge centralisé.

Moins d’un pour cent de la population avait un droit de suffrage : seuls ceux qui étaient suffisamment riches et qui payaient assez d’impôts (le suffrage censitaire).

Ce système non démocratique permettait à la bourgeoisie de dominer le pays entier. La langue commune de cette couche sociale aisée était le français, même dans la partie néerlandophone de Belgique.

La bourgeoisie n’a pas hésité une seconde : la langue véhiculaire de la nouvelle Belgique devait nécessairement être le français. Ils considéraient le ‘flamand’ comme un ramassis d’effroyables dialectes, sans aucune comparaison possible avec le français, seule langue de culture universelle. Il s’ensuivait donc que le français serait la seule langue officielle de la Belgique indépendante.

Ce faisant, les détenteurs du pouvoir niaient l’existence séculaire d’une langue administrative néerlandaise disponible.

Jusque dans les recoins de la Campine et de Flandre Occidentale, les hommes au pouvoir nommaient  des fonctionnaires pratiquant à peine, voire pas du tout, le néerlandais.

Cependant, le régime belge n’avait pas consciemment l’intention d’extirper le néerlandais : l’occupant français n’avait-il pas constaté entre 1792 et 1815 qu’une telle politique générait une forte résistance, précisément à Bruxelles.

 

C’est pourquoi les nouveaux détenteurs du pouvoir en Belgique s’y prirent de façon bien plus habile. Ils brandirent de nobles principes du type « droits de l’homme », et  « liberté linguistique ». Les citoyens devaient être « libres »  pour parler « la langue de leur préférence ».

 

Compte tenu des rapports des forces en Belgique, une telle « liberté » ferait que dans les plus brefs délais le français allait prendre le dessus un peu partout. Cela, la bourgeoisie ne le savait que trop bien.

Au demeurant, cette prétendue liberté (en fait le droit du plus fort) ne fonctionnait pas seulement au niveau de la langue, mais également dans d’autres domaines de la vie sociale.

Ainsi, entrepreneurs et industriels devaient pouvoir agir  « librement » et  sans contrainte. C’était la seule façon possible de générer un bénéfice maximal. Que les ouvriers devaient trimer dur pour un salaire de misère était  absolument négligeable. On pouvait même considérer cela comme positif. Ainsi, le politicien catholique Woeste trouvait indispensable qu’il y eût des pauvres. Cela permettait aux riches de donner libre cours à la vertu de charité…

 

Les esprits éclairés ne s’embrassaient pas une telle logique. Ils ambitionnaient une société démocratique. Comme Lacordaire, le dominicain et grand orateur français, ils se rendaient parfaitement compte que – au vu des rapports de force inégaux - la prétendue liberté mettait le plus faible hors jeu. Dès 1848, Lacordaire déclara : « Entre le faible et le fort, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ».

 

Voilà pourquoi les démocrates insistaient sur une législation qui devait réprimer l’arbitraire des plus forts.

C’est bien cela qui constituait, aux yeux de la bourgeoisie francophone, une atteinte évidente aux ‘droits de l’homme’, une violation manifeste de la ‘liberté’. Pendant plusieurs années la Belgique allait connaître la plus  grande liberté linguistique. Au nom de ce noble principe, les néerlandophones allaient être administrés dans une langue qu’ils ne comprenaient pas. L’administration, l’enseignement et la justice se faisaient pour une bonne partie en français.

 Même les inscriptions dans les villes comme Anvers, Louvain, Lierre, Gand, Bruges, Courtrai, Hasselt étaient rédigées en français. La population locale devait accepter qu’il y eût des juges, des receveurs des impôts, des chefs de gare unilingues francophones. Les simples gens devaient déjà se considérer heureux quand on leur accordait quelques facilités en « vloms ».

Cependant, les détenteurs du pouvoir belges se gardaient bien d ’offusquer outre mesure les Brabançons, les Flamands et les Limbourgeois. De temps à autre ils décernaient même des prix pour des concours en ‘flamand’. Tant que cela se limitait au folklore ou à la couleur locale, leur position de pouvoir ne courait aucun risque.

Tout laissait d’ailleurs prévoir que ‘le flamand’ s’éteindrait en quelques années, comme en Flandre française. La classe dominante feignait une grande générosité. En fait elle nourrissait, pour le commun des hommes et pour sa langue, un mépris frôlant le racisme.

 

La première vague de francisation à Bruxelles.

 

A Bruxelles, le centre du pouvoir par excellence de la Belgique francophone, il existait plus qu’ailleurs, un besoin urgent d’employés d’expression française.

Non seulement les ministères et l’administration centrale avaient besoin de personnel qualifié, mais également les banques, les compagnies d’assurances, les imprimeries, les maisons d’édition et d’autres entreprises. D’innombrables Wallons trouvaient du travail à Bruxelles, de même qu’un grand nombre de Flamands (souvent déjà plus ou moins francisés).

Dans le courant du dix-neuvième siècle, et à l’instar d’autres centres européens, Bruxelles connut une remarquable croissance de la population. Dans des villes comme Gand et Liège se créaient de grandes usines employant des centaines d’ouvriers. Une telle industrialisation massive ne se  réalisait pas à Bruxelles. A l’exception de la commune de Molenbeek, on y voyait apparaître des entreprises plutôt petites et artisanales.

La bourgeoisie de la capitale ne se voyait dès lors pas confrontée à un prolétariat combatif. Le commun des mortels bruxellois ne rêvait pas d’une révolution violente. Bien au contraire, les couches sociales inférieures respectaient la classe aisée. Ils essayaient, autant que faire se pouvait, d’imiter les classes supérieures. La maîtrise du français était un argument essentiel pour prouver qu’on avait réussi sa vie.

Quiconque voulait monter sur l’échelle sociale se devait  de faire en sorte qu’il s’exprimât en français aussi vite que possible. La maîtrise de cette langue – même ‘à la Beulemans’ – était la condition absolue pour toute promotion sociale. Tant les Bruxellois autochtones que les immigrés originaires du Brabant, de Flandre et du Limbourg s’entendaient rappeler en permanence qu’ils ‘devaient savoir leur français’. Par ailleurs, bon nombre de ces ‘nouveaux Bruxellois’ étaient déjà tant soit peu francisés dans leur région d’origine.

Malgré la pression sociale, la majeure partie des Bruxellois est longtemps restée néerlandophone. Le recensement linguistique de 1846, exécuté par les fonctionnaires de la Belgique francophone, le prouve indiscutablement. Ils avaient tout intérêt à gonfler le nombre des francophones. Cela n’empêchait qu’en 1846 60,28% de la population bruxelloise parlait toujours le néerlandais.

La francisation des couches plus vastes de la population n’allait se réaliser qu’à la fin du 19ième siècle, à la suite d’énormes travaux d’infrastructure. Entre 1866 et 1893, Poelaert réalisa le gigantesque Palais de Justice sur l’ancienne montagne des potences. D‘innombrables maisons de gens simples étaient rasées sans plus. Leurs habitants n’avaient qu’à s’installer ailleurs.

A partir de 1867 le même phénomène se manifesta sur les rives de la Zenne. Le bourgmestre Jules Anspach avait décidé de réhabiliter la ville basse. Non seulement la Senne fut voûtée (1867-1871), mais on traça de nouveaux boulevards le long desquels s’érigeaient d’imposantes maisons bourgeoises et de luxueux magasins à la parisienne.

 

Dans le centre-ville rénové, le Bruxellois qui y vivaient depuis longtemps, n’avaient plus de place. Ils devaient s’exiler dans des communes populaires moins centrales. Certaines étaient encore rurales (Anderlecht). D’autres (Molenbeek Saint Jean) hébergeaient une population ouvrière modeste.

L’immigration de ces semi-francisés sapait le caractère flamand de ces villages. Quelque cent ans plus tôt, Verlooy avait été témoin d’un exemple typique d’éviction sociale dans le quartier du Coudenberg et du Parc. Un processus comparable se répétait – sur une échelle bien plus importante - dans la ville basse et dans les Marolles. Une fois de plus, ce furent les Bruxellois autochtones qui payaient les pots cassés. La francisation faisait tache d’huile.

 

Le Mouvement Flamand

 

C’est surtout à  la fin du dix-neuvième siècle que des intellectuels socialement engagés se battaient pour le reconnaissance du flamand à côté du français. Somme toute, ces flamingants se conduisaient en super-patriotes belges. Ils étaient d’ardents partisans d’une Belgique bilingue.

Il s’avéra bientôt que les francophones n’en voulaient pas. La Flandre devait être bilingue, mais en Wallonie ‘le flamand’ n’avait pas de place. Jules Destrée écrivit, littéralement, que les Wallons ressentaient ‘une répugnance instinctive et profonde’ pour cette langue.

La dite ‘Vlaamse Beweging’ a dû lutter pendant plusieurs décennies pour ce droit élémentaire de l’homme qu’un peuple peut être administré sur son propre territoire, dans sa propre langue par des gouvernants élus démocratiquement.

C’est surtout depuis la fin du dix-neuvième siècle que les néerlandophones ont réussi à forcer un nombre de lois linguistiques. Leur application laissait beaucoup à désirer. Les francophones se rebiffaient tout le temps contre cette atteinte intolérable à la ‘liberté’. Ils soupçonnaient même les néerlandophones de tenir un agenda secret. Ils tendraient en réalité  à ‘faire éclater le pays’. Cet argument était totalement dénué de sens, puisque, surtout à cette époque, c’étaient les néerlandophones les patriotes belges par excellence.

En outre, les premières lois linguistiques ne concernaient souvent pas Bruxelles, encore qu’elles y fussent nécessaires. Bien pire encore : pour faire approuver les lois linguistiques au parlement belge, les flamingants faisaient à maintes reprise des concessions aux francophones de Bruxelles et des environs. Bruxelles était de plus en plus lâché et livré à la francisation. Bref, la Flandre s’émancipait aux frais de Bruxelles.

Quoique la majorité de la population bruxelloise fût longtemps encore néerlandophone, même les Flamands bruxellois considéraient la capitale comme une ville mixte où la liberté linguistique était de mise. Ils avaient l’ambition de convertir les unilingues flamands en parfaits bilingues. Par voie de conséquence, les francophones étaient de moins en moins disposés à apprendre le néerlandais. A chaque occasion  l’argument était le même : ‘Mais puisque toi, tu parles français, pourquoi moi j’apprendrais encore le flamand ?’.

 

Du reste, il s’avérera bientôt qu’un autre développement comportait une plus importante menace pour l’unité de la Belgique. Il s‘y profilait une bipartition socio-économique de plus en plus grande. La Wallonie connut une première industrialisation à la fin du 18ième siècle. La Flandre – appellation de plus en plus usitée à la fin du 19ième  siècle pour désigner la partie néerlandophone de la Belgique – est longtemps restée plutôt agricole.

Cette différence économique avait également des conséquences sociales et politiques. Dans les grandes entreprises wallonnes se constituait un prolétariat ouvrier militant. Le parti socialiste avait une prise importante dans de larges couches de la population.

La  Flandre, encore majoritairement agricole, avec des entreprises plutôt de moindre envergure, était moins réceptive au socialisme. Les Flamands déléguaient plutôt des catholiques et des libéraux au parlement et aux conseils communaux.

 

Le suffrage universel plural

 

Pendant longtemps, le Mouvement Flamand  ne s’est intéressé qu’à la langue et à  la culture. Ses dirigeants – issus le plus souvent de la petite bourgeoisie –accordaient moins d’attention à la problématique sociale.

Ce n’est qu’à la fin du 19ième siècle que des gens comme Lodewijk De Raet, Julius McLeod et Daens se rendirent compte qu’il y avait un lien entre ‘l’intérêt linguistique’ et ‘l’intérêt matériel’.

Provisoirement les néerlandophones n’avaient qu’une importance politique restreinte. Les larges couches de la population n’avaient pas le droit au suffrage. Les politiciens élus dans la partie néerlandophone de la Belgique ne tenaient pas trop compte des exigences flamandes, d’autant que beaucoup de ces parlementaires appartenaient toujours à la bourgeoisie francophone.

En 1893 – surtout sous la pression des socialistes wallons – fut introduit le suffrage général plural. Cette réforme constitua une impulsion importante pour le Mouvement Flamand. Le commun des mortels venant d’acquérir le droit au suffrage, les politiciens se devaient de tenir compte de la population votante. En outre, ils étaient obligés – ne fût-ce que pour être élus – d’entrer en contact avec leurs électeurs potentiels dans une langue que ces gens pouvaient comprendre.  Les conséquences ne se firent pas attendre. Cinq ans à peine après l’introduction du suffrage général plural, le parlement belge vota, sous la pression flamande, la dite Loi d’égalité (1898).

Voilà qui fut un coup dur psychologique pour les francophones. La Belgique n’évoluerait donc pas dans le sens  un pays unilingue français, ce qui était leur rêve depuis toujours. On retrouve des échos de cette frustration dans la fameuse Lettre au Roi (1912) de Jules Destrée : « Ils nous ont pris la Flandre ». A l’heure qu’il est, ce traumatisme marque toujours la psychologie des francophones.

 

La première guerre mondiale (1914-1918) n’a fait qu’exacerber les oppositions entre francophones et néerlandophones. Dès le début de la guerre, les francophones déclaraient triomphalement : ‘Après la guerre on ne parlera plus flamand !’ Dans les tranchées de l’Yser, les simples  conscrits flamands constatèrent concrètement ce que la Belgique francophone pensait d’eux. Ceux qui survécurent à la guerre n’ont pas manqué de raconter leurs expériences au retour.

De plus en plus de gens se sont rendu compte que le Mouvement Flamand n’était pas le violon d’Ingres un peu déphasé d’un groupuscule romantique d’amateurs de la langue. L’opinion publique se radicalisait de plus en plus.

 

L’enseignement obligatoire en Flandre …

 

Mais en 1914, il s’était passé autre chose qui allait avoir un impact énorme sur la question des nationalités en Belgique. C’est cette année que le parlement vota la Loi sur l’enseignement obligatoire ; en Belgique, cela se fit comparativement très  tardivement, d’ailleurs.

L’approbation de cette loi  se heurta par ailleurs à une résistance farouche des conservateurs. Pour eux, le caractère obligatoire de l’enseignement était en contradiction avec le concept de ‘liberté’.  C’était une atteinte patente aux droits de l’homme : on ne pouvait tout de même pas forcer un père de famille à envoyer ses enfants à l’école, le chef de famille devait avoir la liberté de faire de ses enfants des analphabètes !

Tant que la scolarité obligatoire n’existait pas, le français ne pouvait pas atteindre de larges couches de la population. Cela a eu des conséquences très importantes. Historiens et sociologues partagent la conviction que, si on avait  imposé la scolarité obligatoire en Belgique dès 1830, toute la Belgique néerlandophone aurait été francisée en profondeur à l’heure qu’il est. A cette époque le Mouvement Flamand manquait manifestement d’influence et la dominance du français était écrasante. Si on avait introduit l’enseignement obligatoire (en français, s’entend), tous les dialectes flamands auraient été éradiqués au plus vite.

 

En différant aussi longtemps l’introduction de l’enseignement obligatoire, les détenteurs du pouvoir francophones ont raté l’occasion de supprimer  définitivement le néerlandais. En 1914, il n’était en effet plus possible de faire se dérouler la vie publique exclusivement en français.

Quelque faible qu’il fût encore à la veille de Première Guerre Mondiale, le Mouvement Flamand n’en avait pas moins obtenu quelques modestes résultats. Les premières lois linguistiques – pour imparfaites qu’elle fussent – avaient déjà, dans une certaine mesure, préservé l’existence du néerlandais..

Grâce à l’introduction de la scolarité obligatoire tous les enfants de six à douze ans étaient scolarisés. En Flandre, cet enseignement se faisait de plus en plus souvent en néerlandais. Les francophones ne réussiront pas, dans cette évolution, à bloquer la néerlandisation de l’enseignement supérieur (néerlandisation de l’université de Gand en 1930).

 

… et à Bruxelles

 

A Bruxelles, l’instauration de la scolarité obligatoire allait avoir des conséquences toutes différentes de celles qu’elle a eues en Flandre. L’enseignement s’y donnait ‘évidemment’ en français et dès lors la francisation des larges couches de la population pouvait aller bon train.

En moins de trois générations des familles néerlandophones se francisaient complètement. Le procès se schématise comme suit : Les grands parents ne parlaient que leur dialecte familier qui était brabançon, ils ne savaient guère le français. Pour assurer l’avenir de leur progéniture dans cette Belgique francophone, ils envoyaient leurs enfants dans des écoles de régime français. Ces garçons et ces filles recevaient donc toute leur formation en français. Avec leurs parents ils parlaient toujours en dialecte. Mais quand ils fondaient eux-mêmes des familles, les conversations dans les ménages se faisaient exclusivement en français. Concrètement il s’ensuivait que les grands-parents n’étaient plus à même de comprendre leurs petits-enfants.

Pour les adeptes de l’idéologie linguistique belg(icist)e, de telles situations navrantes ne faisaient aucun problème. Pour ces partisans de la ‘liberté linguistique’ c’était un processus tout à fait normal qui se déroulait.

En effet, le français était une langue universelle et supérieure, alors que ‘le flamand’ n’était qu’un ramassis de dialectes arriérés. Il n’était que justice que la langue supérieure supplantât la variante inférieure. Ce processus ‘naturel’ ne pouvait être perturbé par des mesures visant à protéger les socialement faibles. Voilà pourquoi des lois linguistiques, et à plus forte raison toute réforme sociale, étaient perverses. Vers 1900, un nombre de Wallons allaient même plus loin. Ils déclaraient que le retard des Flamands était l’effet fatal de ‘qualités inférieures de la race’.

 

La francisation de Bruxelles  se renforçait continuellement de cette façon.  Le phénomène n’était pas limité à la seule ville de Bruxelles. L’espace borné par la seconde enceinte de remparts (l’actuel « Petit Ceinture ») était bien vite urbanisée. L’intensification du trafic  rendait le centre historique de moins en moins vivable.

 

La francisation, phase deux

 

Les bourgeois cossus  se déplaçaient en grand nombre vers la banlieue verte de Bruxelles. Les spéculateurs immobiliers lotissaient à qui mieux mieux terres arables, pâturages et forêts en créant des terrains à bâtir. Les administrations communales installaient les réseaux d’égouts et traçaient des voiries. Elles accueillaient les immigrés francophones capitalistes à bras ouverts.

Rappelons que pas mal de ces villages brabançons étaient depuis plusieurs générations gouvernés par des barons et des comtes. Ces enthousiastes patriotes belges pouvaient maintenant faire fortune dans l’immobilier. Les fabriques d’église locales profitaient, elles aussi, de l’occasion.

Tout cela ne restait pas sans conséquences incalculables. Dans la grande banlieue de Bruxelles, la ségrégation tant sociale que géographique augmenta sensiblement. Il s’y développait une société duale. D’une part il y avait toujours les centre historiques des villages où résidaient les simples villageois brabançons dans de modestes maisons. D’autre part il s’était formé – complètement séparés du centre originel – de nouveaux quartiers résidentiels. Des francophones fortunés y occupaient des villas confortables. Ces immigrés ne cherchaient nullement le contact avec les autochtones . Ils se conduisaient un peu comme des ‘coloniaux’. L’idée ne leur venait jamais d’apprendre la langue des habitants autochtones.

La couche fortunée supérieure considérait comme évident de pouvoir s’exprimer partout et sans problèmes en français dans leur nouvelle commune, non seulement chez les commerçants locaux, mais également dans leurs contacts avec l’administration communale, avec la poste et avec  les services des  contributions. A chaque reprise, l’argument massif était ‘Mais nous vivons quand même en Belgique !’. C’est la preuve irréfutable que pour ces gens, la Belgique signifiait (et signifie encore) parler français un peu partout et sans aucune contrainte. La population subissait une pression sociale écrasante, et les conséquences n’ont pas tardé à se faire sentir.

 

Expansion territoriale

 

Il ressort des résultats des recensements linguistiques entre 1846 et 1947 que de plus en plus de villages brabançons dans la périphérie bruxelloise se sont urbanisés et ont été francisés. En très peu d’années le néerlandais s’est vu réduire à un statut inférieur.

Des communes comme Etterbeek, Uccle, Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre, Watermael-Boitsfort et Auderghem comptaient encore plus de 95% de néerlandophones en 1846. En 1947, ceux-ci étaient devenus une minorité opprimée.

Cependant, la francisation ne s’est pas répandue partout avec la même ampleur et à la même vitesse. Les communes habitées par beaucoup d’ouvriers (p.ex. Molenbeek-Saint-Jean, Anderlecht et Jette) sont restées plus longtemps néerlandophones. Il en était de même pour les communes plus rurales, telles que Evere, Ganshoren, et Berchem-Sainte-Agathe, qui n’ont été ajoutées à l’agglomération bilingue qu’en 1954.

Ce qui est clair, cependant, c’est qu’entre 1830 et 1954, la ‘liberté linguistique belge’ a réussi à détacher du  territoire néerlandophone pas moins de 22 communes et à  les doter d’un statut prétendument ‘bilingue’.

 

Bruxelles (ville) 450 ha

Laken 8925 ha

Haren 583 ha

Neder-Over-Heembeek 622 ha

Ixelles 647 ha

Saint-Gilles 250 ha

Etterbeek 316 ha

Schaerbeek 884 ha

Molenbeek-Saint-Jean 656 ha

Forest 624 ha

Watermael-Boitsfort 1.293 ha

Uccle 2.291 ha

Woluwe-Saint-Lambert 723 ha

Woluwe-Saint-Pierre 885 ha

Koekelberg 117 ha

Jette 526 ha

Evere 510 ha

Berchem-Sainte-Agathe 295 ha

Ganshoren 241 ha

Auderghem 903 ha

Saint-Josse-ten-Node 113 ha

 

Total 15.632 ha      

 En clair : en 1954, les néerlandophones avaient déjà cédé plus de 15.000 hectares de leur territoire. Ces 22 communes constituent aujourd’hui la Région Bruxelles-Capitale.

L’histoire ne se termine pas là. A l’occasion de la fixation de la frontière linguistique (1962-1963), les francophones ont, une fois de plus, fait jouer leur suprématie politique, socio-économique et culturelle.

Les néerlandophones  (non les francophones) devaient une fois de plus, faire preuve de ‘bonne volonté’ et de ‘sens de la responsabilité’.

Le compromis de Val-Duchesse  attribuait aux francophones de six autres communes brabançonnes des ‘facilités’.

Wemmel 874 ha

Wezembeek-Oppem 682 ha

Linkebeek 415 ha

Kraainem 580 ha

Rhode-Saint-Genèse 2.282 ha

Drogenbos 248 ha.

 

Total 5081 ha.

 

  Non seulement les observateurs politiques, mais aussi les citoyens modaux se sont fait cette réflexion : des gens qui ont refusé pertinemment et systématiquement de s’intégrer voient ainsi récompensé leur comportement asocial et peu démocratique. En outre, il s’avéra que ces conditions ne contribuaient nullement à une solution, voire même à une meilleure entente. 

 

 Les six communes à facilités ont été francisées à fond dans les plus brefs délais. Depuis des années déjà, politiciens et presse francophones trouvent qu’il est scandaleux que ces communes appartiennent toujours au territoire linguistique néerlandais. L’exigence de les intégrer dans la Région Bruxelles-Capitale se clame de plus en plus.

Des revendications analogues sont actuellement formulées concernant toute une série d’autres communes : Dilbeek, Asse, Lennik, Sint-Pieters-Leeuw, Halle, Overijse, Londerzeel, Vilvorde, Grimbergen, Strombeek, Tervuren etc.

Dans un très grande région autour de la capitale, les prix toujours croissants des terrains empêchent les habitants locaux d’y rester. L’éviction sociale progresse de jour en jour. Il s’agit d’un phénomène qui ne se limite pas à la province du Brabant Flamand. Les provinces d’Anvers et de Flandre Orientale s’y voient également confrontés.

 

Nouvelles relations entre la Flandre et la Wallonie

 

Depuis les années 1920, le vent a tourné pour la Flandre et les relations entre la Belgique néerlandophone et la Belgique francophone basculent graduellement.  Ceux qui avaient reçu leur formation scolaire en néerlandais n’acceptaient plus les discriminations qu’ils avaient endurées jusque-là. De plus en plus de gens réclamaient leurs justes droits dans les entreprises, dans l’administration nationale et en politique. La démocratisation s’intensifiait progressivement. Les francophones perdaient petit à petit  leurs privilèges ; et leur frustration pour les positions de force perdues s’accroissait peu à peu.

Alors que la position du français s’effritait en ‘Flandre intérieure’, cette évolution n’a  jamais connu son pareil à Bruxelles. En fait, ce sont les Bruxellois, toujours trop méprisés en Flandre, qui sont les premières et les pires victimes du régime le plus francisant que les Pays-Bas Méridionaux ont jamais connu : le régime belge.

Comme les Wallons continuaient à rejeter obstinément le bilinguisme en Wallonie, la Belgique est finalement  devenue un pays à deux territoires séparés, l’un unilingue néerlandophone (la Flandre), un autre unilingue francophone (la Wallonie) ; un troisième territoire soi-disant bilingue (Bruxelles) complète l’image. Cette situation fut sanctionnée par la loi linguistique de 1932. A partir de cette date, le néerlandais allait devenir la langue officielle dans la partie néerlandophone de Belgique.

 Après la seconde guerre mondiale le centre de gravité économique de la Belgique se déplaça de Wallonie en Flandre. Cela porta également un coup dur : les Wallons avaient méprisé les Flamands pendant des décennies. En outre ce déplacement comportait également des conséquences politiques d’importance. La Flandre n’était plus le parent pauvre ; elle réclamait sa place légitime dans l’ensemble..

Les ‘golden sixties’ intensifièrent le bouleversement des relations de force en Belgique. En 1963, la frontière linguistique fut fixée, cinq ans plus tard l’Université catholique de Louvain quitta la ville de Louvain pour s’installer en Brabant Wallon (1968).

La revendication d’une plus grande autonomie s’amplifiait, non seulement sur le plan de l’éducation et de la culture, mais aussi dans le domaine socio-économique.

La bourgeoisie francophone de Flandre accepta bon gré mal gré la perte de ses anciens privilèges. Un nombre d’entre eux déménagea, aigris et frustrés, en Wallonie ou à Bruxelles. Ils se  souvenaient avec nostalgie de la Belgique d’antan. Cela leur inspira un belgicisme virulent dont les échos s’entendent encore constamment dans les medias francophones à l’heure qu’il est.

 

Une question de nationalités

 

En revanche, les Flamands n’ont jamais cherché à utiliser l’arme des représailles. Personne n’a jamais prôné d’infliger aux Wallons – à leur tour – un traitement comparable à la façon dont les francophones avaient traité leur compatriotes d’un autre régime linguistique. Les néerlandophones n’ont jamais promu le néerlandais à Tournai, à Namur, à Liège ou à Charleroi.

Ils n’ont jamais demandé que trois choses :

- Que les francophones cessent de revendiquer des parties du territoire néerlandophone.

- Que les droits des néerlandophones soit respectés à Bruxelles capitale

- Que les néerlandophones disposent de l’autonomie indispensable.

                                

Cette autonomie devait leur permettre de développer une politique adaptée à leurs besoins et possibilités particuliers. Ce n’est qu’ainsi qu’ils allaient pouvoir contribuer à une plus grande prospérité et à un plus grand bien-être du pays entier. En clair, les Flamands restent toujours disponibles pour une solidarité qui soit raisonnable et transparente. Pour les francophones, cela était impensable. Ils ne parvenaient pas à se résigner aux relations sociales altérées, ni à la démocratisation.

Les besoins réels des Wallons modaux ne les intéressaient pas vraiment. Leur attention portait surtout la lutte dépassée pour les privilèges en  faveur des francophones qui avaient abandonné la Wallonie pour aller s’établir à Bruxelles ou dans sa banlieue.

En outre, il fallait également conserver la ‘solidarité nationale’ sans aucune restriction, ce qui s’avérait de plus en plus difficile à cause de la crise économique qui se déclara au début des années 1970. La hausse des prix des combustibles, la concurrence, la mondialisation et le vieillissement de la population contraignaient les autorités à faire un usage très efficace des moyens dont elles disposaient.

Les contrastes séparant néerlandophones et francophones s’accentuent de plus en plus et ce, surtout dans les domaines qui n’ont rien à voir avec la langue.

A la fin du 20ième siècle, plusieurs études scientifiques ont mis à jour un autre fait encore. Les néerlandophones (les Flamands) et les francophones (les Wallons) ne parlent pas seulement des langues différentes. Ils  adhèrent à des opinions divergentes au  sujet de plusieurs problèmes sociaux (rôle des pouvoirs publics dans la politique économique, usage de l’assurance maladie et invalidité, questions éthiques, organisation de la justice et de la police) .

Ce n’est pas un problème linguistique qui divise la Belgique : il s’agit d’une question de nationalités.

 

Réformes de l’Etat

 

Si l’on veut maintenir le pays dans de telles circonstances, il faut des réformes institutionnelles radicales. Ce n’est qu’en attribuant aux francophones et au néerlandophones de plus grandes compétences qu’on pourra éviter au maximum les frictions pénibles.

Sous la pression d’une conscience politique croissante l’état unitaire belge a dû céder de plus en plus d’autonomie aux deux peuples qui vivent sur son territoire. Cette ‘révolution paisible’ s’est réalisée moyennant un nombre  de réformes de l’état qui se sont d’ailleurs suivies  à une cadence progressivement plus rapide.

La réforme de 1970-1971 conféra l’autonomie aux néerlandophones, aux francophones et aux germanophones. A peine dix ans plus tard, en 1980, la Constitution devait déjà être révisée. Il s’avéra assez rapidement que cette démarche n’allait pas suffisamment loin.

La réforme de l’Etat de 1988-1989 habilita la Flandre et la Wallonie dans les domaines de l’enseignement, de la culture, de la politique économique, de l’environnement des travaux publics et du transport. A cette occasion, la Région Bruxelles-Capitale fut – enfin – conçue officiellement.

La réforme de 1993 - la quatrième depuis 1970 – reconnaît expressément que la Belgique est un état fédéral où une grande partie du pouvoir est exercée par les Communautés (néerlandophone, francophone et germanophone) et les Régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles).

Tant la Flandre que la Wallonie (et même Bruxelles) disposent d’un parlement directement élu. Ces institutions démocratiques sont dorénavant capables de prendre des décisions autonomes – sans intervention des autorités belges, non seulement en matière d’enseignement, de culture, d’économie, de travaux publics,  de transport, mais aussi sur le commerce extérieur, le tourisme, l’agriculture et la politique scientifique.

En outre, la province de Brabant, bilingue, a été scindée le 1er janvier 1946, en une partie unilingue française et une partie unilingue néerlandaise. La Région Bruxelles-capitale constitue dès lors une enclave bilingue dans la nouvelle  province – unilingue néerlandophone – du Brabant Flamand. Toutefois, l’arrondissement électoral Bruxelles-Hal-Vilvorde n’a toujours pas été scindé.

De très amples pouvoirs ayant été transférés du niveau fédéral aux états fédérés, la Belgique commence à prendre des allures confédérales. A Bruxelles, toutefois, la démocratisation n’a pas évolué de la même façon qu’ailleurs en Belgique.

 

Le ridicule ne tue pas

 

Peu à peu les Flamands affichèrent une certaine suffisance : ‘Nous voilà arrivés !’. D’aucuns trouvaient branché de s’apitoyer sur les ‘mesquines querelles communautaires’. Les politiciens devaient enfin s’occuper des ‘vrais problèmes des gens’.

Raisonnement curieux que celui-là ! En Belgique francophone, les socialistes et les écologistes n’ont jamais eu le moindre problème à militer sans cesse et avec insistance, en plus de leur programme spécifique, pour les privilèges des francophones en Flandre. Dans le Nord de tels soucis ne se manifestèrent guère.

La pénible formation du gouvernement  après les élections du 10 juin 2007 mit à jour une immense désillusion. De plus en plus de néerlandophones commencèrent à réaliser à quel point la puissance et la prospérité de la Flandre sont vulnérables.

Malgré la fixation de la frontière linguistique, malgré le transfert de Louvain francophone en Wallonie, malgré une série de réformes de l’état, les francophones ne semblent toujours pas prêts à respecter les règles du jeu démocratique en parlant néerlandais dans la Région Flamande. Les néerlandophones de Wallonie eux,  se sont depuis toujours intégrés sans problèmes, comme il se doit . L’inverse n’est pas vrai. En demandant des privilèges dans la Région Flamande, ce sont les francophones – et personne d’autre – qui créent ‘des problèmes communautaires’  . Ce qui  est remarquable, car ce sont précisément les francophones qui prétendent que ce sont là de ‘faux problèmes’ qui nous empêchent d’affronter les ‘vrais problèmes’. Comprenne qui peut.

Mais la blague devient vraiment belge quand on considère ce qui suit. De plus en plus nombreux sont les Wallons qui se rendent compte qu’ils on besoin de connaître le néerlandais pour trouver du travail en Flandre et à Bruxelles. C’est pourquoi la Communauté Française investit pas mal d’argent dans des cours de néerlandais Et que se passe-t-il au même moment ?  Eh bien, a cette même heure les immigrés francophones dans les environs de Malines , d’Alost et de Louvain refusent net  de parler néerlandais avec leurs concitoyens. Il n’empêche que dans la banlieue bruxelloise ils pourraient avoir l’occasion rêvée d’apprendre le néerlandais sans frais et sans peine avec leurs voisins, leurs commerçants, leur administration communale, et j’en passe…

Ce qui ne gâte rien, c’est que précisément en s’intégrant, ils pourraient enfin donner un signe authentique d’un réel intérêt pur une Belgique viable.

Il ne s’agit en effet plus des six communes à facilités et de la grande banlieue de Bruxelles. Au seuil du 21ième siècle ce ne sont plus seulement des communes près de Louvain (Brabant Flamand) qui sont confrontées à l’évincement social, mais également des communes près de Malines (Province d’Anvers) et d’Alost (Flandre Orientale). A leur tour, ces communes risquent de subir le même sort qui a été celui de Bruxelles-Ville au cours du 19ième siècle.

En novembre 2004, les francophones exigèrent le rattachement de 40 communes à Bruxelles. Si cette exigence est accordée, ce ne sont plus seulement les habitants du Brabant Flamand qui seront pleinement confrontés à ces ‘faux problèmes’, mais également  ceux  de Flandre Orientale et d’Anvers.

Les gens perspicaces se rendent compte que ce qui se passe à Bruxelles et dans la banlieue pourrait, à très long terme, constituer une menace mortelle  pour la Flandre elle-même.

Ce qui amène certains à une réaction très bornée : ‘ Laissons tomber Bruxelles et tous nos problèmes sont résolus’.

Or, c’est précisément l’abandon de Bruxelles qui  créerait la base idéale pour saper la position du néerlandais dans toute la Flandre.

Quiconque prend au sérieux la démocratie et les droits de l’homme ne peut que s’opposer à une telle éviction sociale. Un ‘procès naturel’  d’une telle allure, où le plus fort opprime le plus faible est une négation patente de principes fondamentaux en démocratie.

La colonisation et le racisme ne sont pas compatibles  avec la démocratie.

 

 

 

 

Traduction de : “ Wat met Brussel ? Uitdagende perspectieven voor de Hoofdstad, Leuven, 2008 (Davidsfonds) , p.11-29.

Paul De Ridder Brussel&Firenze

Paul De Ridder Brussel&Firenze

Paul De Ridder Brussel&Firenze

Paul De Ridder Brussel&Firenze